dimanche 22 avril 2018

La grande faille

Samedi 21 avril
Kondalé
JM B, S D et JM E
TPST: 11h

Le grand soleil a fait ressortir les tongs.
Au moment de s'équiper, je m’aperçois que j'ai oublié les chaussettes.
Retour au village ou j'emprunterais une paire sur un étendoir...

Descente au fond pour équiper le puits non exploré au milieu de la grande faille.
Jean Marie passe devant, le fond est colmaté par de la terre, avec des traces de mise en charge de plusieurs mètres. L'altimètre marque -190. La météo étant particulièrement stable cette cote est fiable.

Après furetage et grattouillages plusieurs points d'absorptions sont trouvés.
Le plus intéressant descend de 6 à 8 m avec un peu d'air. Il y a aussi des puits parallèles, tous alignés dans cette faille.
Jean Marie remonte le dernier puits pour visiter les parties qu'il ne connait pas.

Nous nous attaquons au tube étroit et vertical.
A - 2 m un rétrécissement ponctuel empêche le passage. Je parviens à le contourner mais renonce à descendre plus bas dans l'angoisse de la remonté. J'ai perdu la force morale de ma jeunesse.
Sylvain avec ses grandes jambes ne peut pas passer.

2 pailles auront raison du passage, les dégâts sont conséquents dans ce marbre gris bleu très compact,
qui rappelle celui de la Roquebleue à Courniou.
Sylvain se précipite, il n'y a plus d’étroiture mais 2 gros blocs se sont coincés plus bas et barrent le passage! Il faudra revenir avec le matériel ad hoc.



Nous remontons et trouvons Jean Marie, tout excité qui a trouvé une autre suite.
En arrière, dans les parties fossiles il a enlevé quelques cailloux et est tombé sur un beau volume qui démarre sur les restes d'un bon plancher stalagmitique.
Dessous tout est parti! Énorme soutirage libérant un beau volume, encombré de blocs posés les uns sur les autres dans des équilibres instables et précaires.
Il faut placer quelques amarrages pour descendre.
La aussi les traces de mise en charge sont patentes.
Au fond une fissure d'une dizaine de centimètres de large est  décapée et active. Il y a un fort écho derrière.
 Sylvain reconnait  l'envers de "l'amont" du méandre actif au fond du puits de l'étron qu'il est le seul à avoir descendu.

Pour résumer, nous avons une faille d'une petite centaine de mètres de long pour 30 à 50 m de haut, avec un puits actif à chaque extrémité et des fossiles entre.
Nous sommes presque à -200 et il va falloir reprendre les terrassements?!


10 commentaires:

masdan a dit…

Mais que c'est bon ça....

sylvain a dit…

Je passe une commande au bureau des Acacias.
Il me faudrait un bras articulé d'environ 1m (accompagné d'une mèche en 8 de 1,5 m) permettant d'insérer pailles et bourradous, sans se baisser!
Non pas à cause des genoux récalcitrants de Jean-Marie mais parce que dans ce dernier puits-faille, l'étroitesse est telle qu'on ne peux tout simplement pas se baisser!
Et si on élargit plus haut, tous les éclats vont se précipiter sur le gros bloc en travers qu'on ne pourra alors plus atteidre...
Sinon, si quelqu'un connait un individu à bras longs et jambes courtes...
Ou une autre idée?

masdan a dit…

Plaquage sur tes blocs + argile achetée à Cultura...,ou alors ayant confiance en tes pots,tu te fais descendre, attaché par les pied ,la tête en bas...Vous pouvez toujours chercher un cul de jatte , oui tout le monde peut être utile...

jean michel a dit…

J'ai ajouté le schéma opérationnel où l'on voit Sylvain pendu par les pieds se saisissant des blocs....

jean michel a dit…

Il y a aussi "la pince à sucre", on tire une ficelle pour l'ouvrir, et sur l'autre pour la refermer et tracter....

Sylvain a dit…

Je veux bien être inconscient mais de la a descendre la tête en bas dans ce trou à rat, quand je vois le mal que j'ai eu à remonter!
On ne peut pas plier les genoux dans cette faille ni se mettre de profil mais un gars très souple,style danseuse de ballet, pourrait sûrement descendre le bassin en écartant les genoux dans l'axe de la faille!
Des cours de gym assidus nous prendraient moins de temps qu'un élargissement depuis le haut!

masdan a dit…

Descendre 3 m de tube pvc amener une barre à mine modifiée: disquer la partie aplatie pour qu'elle ne soit pas plus large que le corps de la barre ,percer et attacher une ficelle de 6 mm .Quelqu'un descend et maintient avec ses pieds le tube sur le bloc .Lancer la barre à mine avec violence dans le tube pvc.tirer sur le ficelou et recommencer... C'est le tube de l'été ♪♫♪♪.

sylvain a dit…

Autre réalisation possible pour notre fournisseur officiel de solutions pratiques et intégrées.

Je pense qu'on doit pouvoir percer à mi-mèche ( en 10 car plus longue). Confectionner une paille assez courte avec bourradou lié, lui même pouvant se relier au bourroir. On pourrait ainsi rentrer directement la paille en tenant le bourroir par le bout. Puis soit on condamne le bourroir, soit on l'enlève en retenant la paille-bourradou avec les pieds.
Prévoir réellement les tongs cette fois!

masdan a dit…

Mais quelques tirs d'élargissements seraient souhaitables .Pour que tout ne tombe pas au fond utiliser la technique à la Mas(présent!) , aussi appelée du hamac ...Si comme j'ai cru comprendre, c'est une diaclase fabriquer un hamac adapté à la configuration retenu par deux cordes de part et d'autre du tir, positionner 50 ou 60 cm plus bas que le tir......Bien entendu il y a d'autres solutions comme la fabrication d'un ''canon'' avec à l'intérieur une masselotte qui ira pulvériser le bloc... Le plaquage à la glise, ou à l'anglise serait le plus simple...

Jean Marie a dit…

fais gaffe le tir à l'anglaise c'est souvent la bise !