dimanche 8 décembre 2019

Qui l'a vu et qui le voit...

Aven de Pertuzac
Samedi 7 décembre, Trassanel
Jean-Marie, Sylvain
TPST : 10 heures

Ne verrait pas grande différence...
En termes d'efficacité, la journée ne restera en effet pas dans les annales...
Après les oublis d'usages (torse en ce qui me concerne, kit pour JM) et une entrée retardée, nous nous retrouvons sur le front de taille vers 11 h confronté à un dilemme : Nouvelle tentative (après 2 échecs) dans la paroi calcitée et terreuse de gauche ou attaque en force dans le calcaire massif de droite, les deux étant solidement reliée par une voûte barrant la suite...
Une série de pailles plus où moins réussies nous permettent finalement de rogner un peu la face gauche et de fissurer la droite. Mais que c'est laborieux! Une partie des débris tombe de 5-6 mètres tandis que les autres sont retenus par des blocs issus des tirs précédents.
Un léger élargissement nous permet tout de même de nous baisser pour gratter un peu. J'en profite pour récupérer ma tringle à rideau, ensevelie sous les décombres des derniers tirs, et surtout, au prix d'un féroce combat, pour extraire un joli pavé coincé dans la faille.
Un examen attentif me permet aussitôt de le dater de l'Escandien Inférieur. Je reconnais bien là un morceau de l'énorme bloc ayant obstrué la faille avant d'être pulvérisé par Jean-Michel.
Nous n'avons donc toujours pas fini de vider les gravats des tirs précédents, même si nous devons à présent ne pas en être loin.

Futur point chaud ou bivouac à -190 juste au dessus du chantier
Chose fortement déconseillée, je m'enfonce un peu plus avant dans la faille et glisse le casque sous la voûte. Je reste perplexe face à ce qui s'offre à moi. Le puits-faille redevient faille tout court, seulement large d'une vingtaine de centimètre sur 1,5 m avant de sembler s'élargir sur du pénétrable-stretch filant vers le bas. Un courant d'air d'espérance me souffle aux narines.
Il n'y aura rapidement plus d'autres alternatives que de balancer les blocs en bas. Soit çà s'élargit dessous, soit on condamnera définitivement le passage...

Remontée sans répit en 1h40 et 2 ascensions du Daily Star, une avec kit, l'autre sans ...

vendredi 6 décembre 2019

Au pied de la cheminée

Vendredi 29 Novembre
Béranger, Trassanel
TPST : 4 heures
Guillaume, Jean Marie + Etienne et Marine

Le matin nous sommes allés rendre visite à un vieil ami qui a perdu la tête.
Puis repas rapide à la stèle. Comme il fait assez beau, Claire préfère partir randonner.
Vent d'ouest modéré, 14° en surface, la météo n'est pas propice au pistage des courants d'air.
Hé bien non, encore une fois c'est la surprise. Le courant d'air aspirant n'a jamais été aussi fort. A l'entrée les toiles d'araignées flottent comme des drapeaux ! Incompréhensible.
Un peu d'eau dans le Cloaque mais plus surprenant le conduit horizontal qui lui succède et lui aussi humide. Quelques centimètres, mais au point le plus étroit : suffisant pour se mouiller.
Nous arrivons à la cheminée. L'aspiration est maximale. Guillaume monte. C'est bien 8 mètres comme avait dit Pierre. Le conduit latéral est peu ventilé mais en haut une fenêtre impénétrable s'ouvre sur les blocs de la trémie. Tout le courant d'air file par là. Tirer ici nous exposera à prendre des déblais depuis les 8 mètres du conduit...
2 tirs élargissent le bas du tuyau, mais il en faudra un autre pour que je passe, peut être. 




Pendant que Guillaume perce je piste le courant d'air. Magali, quand elle est venue avec son club de Sorèze, nous a tracé des flèches vers l'extrémité nord de la faille. Une bonne partie de l'air remonte également entre la paroi et la trémie. Ce sera peut être plus facile à travailler même si on est beaucoup plus bas que le haut de la cheminée.
Comme prévu Etienne et Marine viennent nous rendre visite. Etienne analyse les graviers collés au plafond : pas de doute un courant d'eau important est passé par là.


14h30, heure de la sieste

Nous ressortons vers 17 heures.
Trop de courant d'air ? Crainte de déboucher à la surface...
Pourtant on doit avoir 50 mètres de calcaire au dessus...

dimanche 1 décembre 2019

Initiation 2° étape : le Kondalé

Samedi 23 Novembre 2019
Aven du Kondalé Trassanel
Sylvain, Guillaume, Marc, Jean Marie
TPST : 10 heures


Sylvain devait écrire l'article mais le bougre est parti vendre du Minervois aux Bataves. Je m'y colle, l'actualité des sorties est plus rapide que mes compte-rendus.

Marc avait fait sa première sortie sous terre en Aout avec une traversée Mate Arnaude / Cabrespine.
Quoi de mieux que le Kondalé pour confirmer ? Bon OK on saute pas mal d'étapes mais il a passé 15 ans en falaise. Ça aide.



Sylvain et Guillaume filent vers la pince à Sucre. Avec Marc nous prenons le temps de faire des photos et de visiter la Faille Concrétionnée ; pour les photos de cette dernière voir :

http://speleo-minervois.blogspot.com/2018/05/sous-les-gamates.html

Visite pour donner envie à ceux qui ne se sont pas inscrits pour le 14/12. Il ne reste que 2 places.

Tête de puits de la Patchamama


Sortie de Macron
 Marc n'a aucun problème avec les verticales (bien sur), mais il appréhende les étroitures.

Juste après, entrée du Malcommode. Dans ce sens la vapeur brouille immédiatement mon objectif.

Tête de puits : passage de l'Insomnie

Idem

C'est passé. A la remontée, avec un kit lourd c'est pas la même histoire !

3° tube, du "Sexagénaire"

Sortie du Sexagénaire

Enfin du "grand" : Puits du Daily Star

Tête de puits alambiquée ; une petite dernière ?

C'est passé

Puits  Ganelon



Après le passage pour admirer les concrétions, nous arrivons au dessus de la Pince à Sucre. Marc re-équipe correctement. Maintenant c'est du grand confort :


Puits de la Pince à Sucre, partie haute

Le fond à -190
 Nous rejoignons enfin l'équipe désob. Sylvain fait le guignol, Guillaume ne s'est pas réveillé. Quelle bande !

Juste au dessus du fond, le diverticule qui mène au puits étroit en cours de déflorage

En pleine action

Avec Marc nous prenons les dernières visées pour finir la topo. L'initiation sera complète. Un petit tir au fond de la faille. Marc ose même y descendre et il sera le premier à ouvrir des vides notables entre les blocs. Nous remontons pour quelques dernières modifications d'équipement : sécurisation des têtes de puits et suppressions de quelques frottements.
L'équipe désob nous rejoint pour un café au Carrefour. Les derniers tirs ont merdé. Mais le puits est ouvert. La perfo a fait un mètre de première et a pu ressortir, la massette bien plus mais y est restée...
Les blocs tombent d'une dizaine de mètre, dixit Sylvain. 
Le débouchage aurait ranimé le courant d'air (à vérifier).
La faille toujours étroite dans un axe devient plus large dans l'autre. Lors de la future séance nous n'aurons plus à remonter les déblais. En espérant qu'en s'accumulant au fond ils ne barrent pas à nouveau le passage !
Le fond passera les -200. On est à la cote 330. 
80 mètres au dessus de la rivière de Cabrespine mais on ne va pas dans cette direction. Quasiment au niveau de Trassanel IV, qui est à 1 kilomètre en ligne droite.
Les 3 puits parallèles ont soit des traces de débris végétaux sur les parois, soit un écoulement actif avec des parois propres. L'eau passe, et abondamment lors des crues. Vers ou ? Y aura t-il de la place pour nous ?
Sortie sous la pluie vers 19h30. Passage chez JClaude et Christiane. Apéritif bienvenu avec Jocelyn et sa femme. Ça m'a été dur de m'extraire du coin du feu...




samedi 23 novembre 2019

Si belle, si proche, si méconnue...

Dimanche 17 Novembre 2019

Villeneuve Minervois
Auberge de la Clamoux
TPES : 4 heures (AG 1/2 heure)
Guillaume, Sylvain, Florence, Alain, Jean Claude, Christiane, Philippe, Geneviève, Claire, Jean Marie et Héléna, Camille, Emile.

AG  utile après restructuration des effectifs et épuration des comptes (ou l'inverse). Une bonne équipe, des moyens (limités), des projets, des chantiers, tous les éléments sont présents pour une nouvelle étape sur des bases saines, sauf surprise.

Grotte Mouscaille à Lastours
TPST : 3 heures
Sylvain, Emile, Claire, Jean Marie

J'avais choisi cette cavité que je n'avais qu'entrapercevoir l'an dernier pour sa facilité de progression et la taille surprenant de la galerie d'entrée.
On part armés, L'an dernier j'avais passé 1/2 heure à m'extraire d'un buisson de salsepareille :


Le chemin d'accès a été complètement emporté par la crue d'octobre 2018.



Progression facilitée par les sécateurs



Dès l'entrée un souffle chaud et humide nous réchauffe les joues (gauches). Il émane d'un tube descendant baptisé "trou ex-souffleur" sur la topo. Pourquoi "ex" ? Il souffle fort, très fort. Sylvain envoie Emile en éclaireur. Le tube est plus étroit que ce qu'il paraissait et malgré différentes pressions psychologiques il se coince 3 mètres plus bas...


Nous y reviendrons peut être un autre jour avec ce qu'il faut.

En attendant : visite de ce trou surprenant : galerie d'entrée


Un bruit de ventilateur attire notre attention sur la voûte ; on est pas seuls :


Plus bas :





Nous débouchons sur la sale du Mirage : magnifique plan de faille



Au dessus démarre une belle cheminée mais on n'a pas de matériel adéquat. Peut être à revoir
Poursuite de la visite :








Pas mal comme cavité ? 

mardi 19 novembre 2019

Sous Arith

WE du 11 novembre 2019
Réunion de la COMED à Arith (Savoie).

Vendredi 08 Novembre 2019
Nous profitons du voyage pour passer une journée chez nos amis savoyards, Noël et Chantal.
Malgré la météo peu clémente, Noël nous organise une sortie sur le Salève au dessus de Genève.



Au loin le Mont Blanc essaie de sortir de la brume

Samedi 09 Novembre

Arrivée à Arith au dessus de Chambéry.
Ballade matinale à la résurgence du Pissieux qui draine un important réseau. Il a beaucoup plu les jours précédents et le niveau d'eau est en rapport.






Ap-midi : réunion Commission Médicale
TP : 5 heures
Claire, Jean Marie
Intéressante présentation de la DTN, Marie Hélène qui souhaite travailler sur les causes d'accidents et la prise en charge du stress post traumatique chez les collègues d'une victime et les spéléos secouristes lors d'un accident grave ou mortel.

Dimanche 10 Novembre
Réunion Commission Médicale
TP : 8 heures
Claire, Jean Marie

Non le certificat médical ne sera pas obligatoire tous les 6 mois...
Oui, tout le monde peut faire de la spéléo. Il n'y a pas de contre-indication absolue. Il suffit de prendre certaines précautions et surtout de trouver un bon médecin...
Et une palanquée d'autres sujets que je ne détaillerai pas ici.

Lundi 11 Novembre
Réunion Commission Médicale
TP : 3 heures
Claire, Jean Marie

La réunion se termine à midi. Une sortie spéléo est au programme de l’après midi. Hier Laurent, spéléo local, est venu en parler avec nous. Après un coup d'oeil sur le public il a décidé de nous amener au gouffre des Invalides !

TPST : 4 heures
Claire, Jean Marie et Jean Pierre, Loïc, Brigitte, Orhan, Laurent, Thierry, Yann

Temps gris mais belle marche d'approche dans la forêt vers un alpage d'altitude.




Yann s'engage dans la trémie d'entrée et en ressort aussitôt "ça a bougé, on ne passera pas". Laurent essaie à son tour et est plus rassurant. "Non la trémie n'a pas bougé mais tu avais oublié les dimensions du passage".
Effectivement c'est pas large :




Un peu mieux ensuite :



Les gros cailloux noirs, cristallins, ont été charriés par les glaciers depuis la zone axiale des Alpes à des dizaines de kilomètres de là



Sortie du trou à la nuit; et agréable marche nocturne.
Il n'y a pas à dire, les Savoyards savent recevoir : dégustation de vins locaux sur la parking. Dans des verres à pied !
La Mandeuse ? Tu connais Sylvain ?



Mardi 12 Novembre :
Fitoja Express
TPST : 8 heures
Claire, Jean Marie et Brigitte, Loïc, Yann

Bonne soirée chez Loïc et Orhan. Le lendemain, Yann nous amène vers la salle Fitoja de dimensions surprenantes. 
Heureusement le soleil est au rendez vous, j'imaginais mal la marche d'approche sous la pluie qui est tombée dans la nuit.



Connue depuis longtemps, l'accès à la salle se faisait par le Gouffre de la Licorne, long et assez technique. Depuis 3 ans une autre entrée a été découverte et baptisée "Fitoja Express".

Le réseau est défendu par une étroiture verticale redoutée. Pas de problèmes à la descente. Mais à la remontée !!! Je suivais Brigitte e quand j'ai vu le mal qu'elle a eu a passer alors qu'elle doit faire 20 kilos de moins que moi, j'ai eu la certitude que ça allait finir à la massette !


Hé bien, non, observer ses difficultés m'a permis de prendre la chose avec un meilleur angle et c'est passé pas trop mal.
En dehors de ce passage le reste du trou est plutôt technique : étroitures donnant directement sur les départs de puits, chatières mouillées, froid...
Mais Yann est très patient et sait rendre le parcours plaisant.




A -200 nous arrivons enfin dans la salle. Tout y est : énorme volume, belle rivière et une promenade de 500 mètres au milieu des coulées de calcite blanche et de gours transparents :












Parcours technique et varié, rivière, salle immense et concrétionnée, tous les ingrédients sont là pour une future grande classique.

A quand un mini-camp spéléo audois dans ce massif ?

Un grand merci à  Loîc, Orhan, Laurent et Yann pour l'organisation de ce séjour, excellente autant sur les aspects spéléos que gastronomiques. 
Merci aussi  pour les commandes de notre "Sous le sol".
J'espère avoir l'occasion de vous guider avec vos collègues de club dans nos cavités.