mardi 8 mai 2018

Le Kondalé comme si vous y étiez !


Samedi 5 Mai 2018
JMarie, JNoël
TPST : 7 heures

Je voulais intituler l'article "le Kondalé c'est pas bandant"


Mais c'eut été tomber dans la facilité.

Commençons donc notre petite visite.
Passage chez Guillaume pour récupérer un gros kit d' amarrages et cordes, on arrive à l'entrée vers 10h30. C'est la première visite internationale du réseau. JNoël est Corse. Ça compte comme international ?

Premiers ressauts :


Puits de la Pachamama ;


Macron est plein :


Et siphonné (le tube) :


Passage de l'insomnie : JNoël avait vu la vidéo ou JMi refuse de descendre dans un puits étroit et pensait qu'il s'agissait du P6 de l'Anniversaire. Il s'est réveillé à 3 heures du matin et cette pensée l'a empêché de retrouver le sommeil.


Puits du Daily Star :


Et son étroiture terminale (la dernière) :


Passé 3 puits dits "actifs" ou les parois très érodées suintent et dégagent une buée qui parasite toutes les photos, nous arrivons à la faille fossile avec un autre enchaînement de puits :




  
Casse croûte au croisement :


Et visite d'une géode concrétionnée :






Nous ne reviendrons certainement plus dans cette petite salle. Il y a bien mieux !!! "Du lourd" comme dit notre ami photographe, Christophe T.
Je remonte la corde vers la "Galerie" que je ne connais pas. Un peu méfiant sur l'amarrage. C'est un monogoujon, mais en 10mm et bien placé. Poursuite par une main courante descendante, je ne vois pas l'amarrage suivant. Toujours méfiant je descends sur poignée. C'était peut être plus prudent, faute de goujon la corde est amarrée par une large boucle sur un becquet calcité. Qui avait l'air de tenir. Oppo dans la faille qui suit, bien équipée. JNoël économise son énergie pour la remontée et ne me suit pas plus loin. Petite escalade étroite sur 2 mètres et je débouche sur la "Galerie"
A gauche arrêt au bout d'une vingtaine de mètres sur un bouquet d'aragonite extraordinaire. J'avais laissé l'appareil au débouché de l'escalade et je n'ai pas voulu revenir pour ne pas détruire le sol. On ne sait ou poser les pieds et les mains. Tout est blanc, et fragile.
A droite derrière le kit, le sol surcreusé est tapissé d'aiguilles et de sapins enneigés. Sylvain a équipé en vire sur la paroi. Je suis la corde jusqu'à l'extrémité, les pieds pendouillant au dessus des bouquets d'aragonite. Au bout ça continue en tournant sur la droite. La vire est à poursuivre ...
Ne ratez pas le prochain numéro !!!







Nous laissons tout le matériel pour la prochaine fois. 
Dernier shoot d'adrénaline pour sortir du passage de l'Insomnie :



Et sortie vers 17h30. J'ai remonté le tuyau pour le rincer et éviter d'avaler quelques bouchées de lombrics à l'amorçage. De peur de l'oublier chez moi, je l'ai laissé au PC.




9 commentaires:

masdan a dit…

Indépendamment de la jonction avec Cabrespine, le trou peut développer +++

masdan a dit…

...et si vous partez vers l'ouest...Gros risques de voir du bleu ou du vert....

Jean Marie a dit…

Ça tombe bien que tu commentes ! J'ai fait un article sur le dernier spéléaude. Mais uniquement sur la désob de Macron. On avait pas encore trouvé la suite (à peine le passage de l'insomnie). Je ferai certainement un article de fond quand on aura progressé. Et j'ai pas mal de questions sur l'historique. Tu as gardé des notes ? C'est toi qui a fait la première ? Quand ? Jusqu'où ? Avec qui ? Comment était le fond ? Anecdotes ?
Merci.

masdan a dit…

Je vais regarder mes notes..

masdan a dit…

La direction de cette grande diaclase ?

riton a dit…

Félicitations après tous ces efforts.
Comme a Cabres c'est évidemment gavé d'aragonites!
Et la topo?

sylvain a dit…

Merci!
La topo est en cours mais y a du taf!
On est dans une immense diaclase qui doit bien faire 60 m de haut pour autant de long, mais bien sûr pas d'un seul tenant et il faut trouver son chemin...
Au moins trois passages possibles, mais pour chacun d'eux, il faut ressortir la gamate...
Je suis un peu perdu dans les directions de cette faille. JM vous dira çà après son "stage" 2 jours au fond...

masdan a dit…

La dernière photo de surface est incroyable ...Quand j'avais trouvé l'entrée, un trou de 5 cm qui soufflait, le lit du ruisseau était plus de 1 mètre au dessus du niveau actuel !!!

jean michel a dit…

Pour siphonner, il faut souffler avant d'aspirer, ça permet:
- de contrôler que le bout du tuyau est bien immergé
- et de chasser des éventuels bouchons.
Qui n'a pas siphonné la voiture paternelle pour remplir la mobylette ??